Analyse financière : Les 5 clefs pour réaliser une analyse financière

Voici les calculs que vous devez faire pour effectuer une analyse financière correcte des activités de votre entreprise.

La santé financière est l’un des meilleurs indicateurs du potentiel de croissance à long terme de votre entreprise. La récente analyse de la santé financière des petites entreprises indique que les propriétaires d’entreprises qui connaissent bien le financement des entreprises ont tendance à avoir des entreprises qui ont des revenus et des bénéfices plus importants, qui emploient plus de personnel et qui ont généralement plus de succès.

La première étape pour améliorer les connaissances financières consiste à effectuer une analyse financière de votre entreprise. Une bonne analyse se compose de cinq domaines clés, chacun contenant son propre ensemble de points de données et de ratios.

1. Revenus

Les revenus sont probablement la principale source de liquidités de votre entreprise. La quantité, la qualité et le calendrier des recettes peuvent déterminer le succès à long terme.

Croissance des recettes (recettes de cette période – recettes de la dernière période) ÷ recettes de la dernière période. Lorsque vous calculez la croissance des recettes, n’incluez pas les recettes ponctuelles, qui peuvent fausser l’analyse.
Concentration des recettes (recettes provenant du client ÷ recettes totales). Si un client unique génère un pourcentage élevé de vos revenus, vous pourriez être confronté à des difficultés financières si ce client cesse d’acheter. Aucun client ne doit représenter plus de 10 % de vos revenus totaux.
Revenu par employé (revenu ÷ nombre moyen d’employés). Ce ratio mesure la productivité de votre entreprise. Plus le ratio est élevé, mieux c’est. De nombreuses entreprises très prospères réalisent un chiffre d’affaires annuel de plus d’un million d’euros par employé.

2. Bénéfices

Si vous ne pouvez pas produire des bénéfices de qualité de manière constante, votre entreprise risque de ne pas survivre à long terme.

Marge bénéficiaire brute (recettes – coût des marchandises vendues) ÷ revenus. Une marge bénéficiaire brute saine vous permet d’absorber les chocs sur les recettes ou le coût des marchandises vendues sans perdre la capacité de payer les dépenses courantes.
Marge bénéficiaire d’exploitation (recettes – coût des marchandises vendues – dépenses d’exploitation) ÷ recettes. Les dépenses d’exploitation ne comprennent pas les intérêts ni les impôts. Elle détermine la capacité de votre entreprise à réaliser des bénéfices, quel que soit le mode de financement de vos activités (par emprunt ou par capitaux propres). Plus la marge est élevée, mieux c’est.
Marge bénéficiaire nette (recettes – coût des marchandises vendues – dépenses d’exploitation – toutes les autres dépenses) ÷ recettes. C’est ce qui reste à réinvestir dans votre entreprise et à distribuer aux propriétaires sous forme de dividendes.

3. Efficacité opérationnelle

L’efficacité opérationnelle mesure la manière dont vous utilisez les ressources de l’entreprise. Un manque d’efficacité opérationnelle entraîne une baisse des bénéfices et une croissance plus faible.

Chiffre d’affaires des comptes clients (ventes nettes à crédit ÷ comptes clients moyens). Il s’agit de l’efficacité avec laquelle vous gérez le crédit que vous accordez aux clients. Un chiffre plus élevé signifie que votre entreprise gère bien le crédit ; un chiffre plus bas est un signe que vous devriez améliorer la façon dont vous recouvrez les créances des clients.
Rotation des stocks (coût des marchandises vendues ÷ stock moyen). Il s’agit d’une mesure de l’efficacité avec laquelle vous gérez les stocks. Un chiffre plus élevé est un bon signe ; un chiffre plus bas signifie que vous ne vendez pas bien ou que vous produisez trop pour votre niveau de vente actuel.

4. Efficacité et solvabilité du capital

L’efficacité et la solvabilité du capital intéressent les prêteurs et les investisseurs.

Rendement des capitaux propres (revenu net ÷ capitaux propres). Il s’agit du rendement que les investisseurs tirent de votre entreprise.
Ratio dettes/fonds propres (dettes ÷ fonds propres). Les définitions des dettes et des capitaux propres peuvent varier, mais en général, cela indique le niveau d’endettement que vous utilisez pour fonctionner. L’effet de levier ne doit pas dépasser ce qui est raisonnable pour votre entreprise.

5. Liquidité

L’analyse des liquidités porte sur votre capacité à générer suffisamment de liquidités pour couvrir vos dépenses en espèces. Aucun montant de croissance des recettes ou de bénéfices ne peut compenser une faible liquidité.

Ratio de liquidité générale (actif à court terme ÷ passif à court terme). Ce ratio mesure votre capacité à rembourser vos obligations à court terme à partir de vos liquidités et autres actifs à court terme. Une valeur inférieure à 1 signifie que votre entreprise ne dispose pas de suffisamment de liquidités pour le faire. Un ratio supérieur à 2 est préférable.
Couverture des intérêts (bénéfice avant intérêts et impôts ÷ frais d’intérêts). Elle mesure votre capacité à payer les intérêts débiteurs à partir des liquidités que vous générez. Une valeur inférieure à 1,5 est source d’inquiétude pour les prêteurs.

Base de comparaison

La dernière partie de l’analyse financière consiste à établir une base de comparaison adéquate, afin de déterminer si les performances sont conformes aux critères de référence appropriés. Cela fonctionne pour chaque point de données individuellement ainsi que pour votre situation financière globale.

La première base est le passé de votre entreprise, afin de déterminer si votre situation financière s’améliore ou se détériore. En règle générale, les trois dernières années de performance sont suffisantes, mais si vous avez accès à des données plus anciennes, vous devez également les utiliser. L’examen de votre situation financière passée et présente vous aide également à repérer les tendances. Si, par exemple, les liquidités ont diminué de façon constante, vous pouvez apporter des changements.

La deuxième base est celle de vos concurrents directs. Cela peut constituer un important contrôle de la réalité. Une croissance annuelle des revenus de 10 % peut sembler bonne, mais si la croissance de vos concurrents est de 25 %, cela met en évidence une sous-performance.

La dernière base est constituée par les engagements contractuels. Les prêteurs, les investisseurs et les principaux clients exigent généralement certains critères de performance financière. Le maintien des principaux ratios financiers et points de données dans des limites prédéterminées peut aider ces tiers à protéger leurs intérêts.